F-One Foil
Accueil / Gregory Closier est notre Foil Addict expatrié en Californie
Actulité Stand up paddle Foil Matos Stand up paddle Foil

Gregory Closier est notre Foil Addict expatrié en Californie

Grégory Closier fait parti de la première génération de pratiquant de stand up paddle en France et partage avec nous son expérience du foil en Californie.

Nom : Gregory Closier
Age : 41 ans
Profession : Moniteur de surf depuis plus de 15 ans, possède une école de surf à Landunvez dans le Finistère nord et créateur de La Vague Surf Experience, une structure dédiée au surf et SUP en Californie.
Habite : San Clemente en Californie du sud

Bonjour Grégory, comment as-tu connu le foil ?
Suite à la vidéo de DownWind foil de Kai Lenny au printemps 2016, j’ai comme beaucoup était obsédé à l’idée de faire la même chose. En juin 2016, j’ai eu l’occasion, grâce à Jérôme de Spotz, d’essayer un foil sur un de mes vieux sup mais l’aille n’était pas suffisamment porteuse et je n’ai pas donné suite. Quelques mois plus tard, une fois installé en Californie, Cyril Costes m’a contacté pour me demander si j’étais intéressé par la pratique du foil. En effet, il cherchait quelqu’un pour faire la promotion de sa nouvelle marque de foil Takuma Concept aux USA. N’ayant pas de background en foil (kite ou wind), j’avais peur que cela soit difficile. Cyril a su me convaincre que son foil était super facile à prendre en main que je pourrais progresser vite, donc j’ai accepté le challenge.

Te souviens-tu de ta première session ?
Ma première véritable session était en décembre à San Onofre en fin de journée, seul à l’abri des regards, avec un Takuma foil et une board Takuma 7’8. Lors de cette première session je n’ai pas réussi véritablement à foiler, mais j’ai senti que c’était jouable.
Lors de ma deuxième session, toujours dans des petites conditions de 50cm mou, j’ai eu mes premières sensations de foil. Je me rappelle parfaitement cette sensation de décollage, de vitesse, de silence mais aussi d’instabilité et de sensibilité !
Pendant ma troisième session, j’ai eu des rides bien longs avec des pures sensations. Depuis peu, j’utilise un surf 6’1 Takuma, j’ai tout de suite réussi à foiler, c’est très réactif, ça décolle très vite, j’adore !!

Quel est ton matos de prédilection et que peux-tu nous en dire ?
J’utilise le V100 foil Takuma Concept associé à une 7’8 x 110L version SUP ou une 6’1 x 44L version surf de la marque Takuma également. L’avantage c’est de pouvoir avancer ou reculer le foil grâce aux deux boitiers. Ce foil est très facile, il décolle avec très peu de vitesse, il est donc idéal pour progresser rapidement en toute sécurité.

Quel est ton spot préféré et quels conseils peux-tu nous donner ?
Je surfe au sud de San Onofre sur une zone très peu fréquentée par les surfers, les vagues y sont généralement molles, longues et déferlent en eau profonde. C’est exactement ce qu’il faut
pour faire du foil.

Comment vois-tu l’avenir du foil ?
Comme beaucoup de monde je pense que nous n’en sommes qu’au début, la pratique va évoluer rapidement. Ça me rappelle un peu les débuts du SUP, sauf que là, les aspects sécurité et choix du spot adapté sont encore plus présents et vont largement conditionner le développement de la pratique.
Pour que ça soit intéressant, il faut des spots très particuliers, avec beaucoup de profondeur et des vagues très molles et plates et qui, si possible, déferlent à peine.
Dans les vagues, le niveau en foil augmente chaque jour. Quand on voit Kai Lenny, Dave Kalama ou encore le jeune Jeffrey Spencer on voit bien l’évolution. Il faut dire que les spots de Maui sont parfaitement adaptés à cette pratique. Le surf foil et le sup foil vont permettre de rider différemment la vague, tracer des trajectoires nouvelles (comme par exemple sortir de la vague, pomper et enchainer sur une autre, etc.), atteindre des vitesses supérieures, passer des longues sections infranchissables en surf. Bientôt les spécialistes de la discipline pourront allier des manœuvres classiques avec des manœuvres et des trajectoires propres au foil.
Cela va surtout permettre de surfer des vagues jusque-là « insurfables », des « faux spots » comme il en existe tant. Je suis très curieux et excité à l’idée de voir comment la pratique du sup downwind foil va évoluer. A ce jour, à part la vidéo de Kai Lenny, nous n’avons pas vu grand-chose. Malheureusement, là où j’habite, ce n’est pas le meilleur endroit pour le downwind, je reste néanmoins très attaché à sa pratique, c’est d’ailleurs à la base la raison pour laquelle je me suis mis au foil, pour faire des downwind ! J’échange beaucoup avec Cyril à ce sujet, savoir quel est et quel sera le matériel le plus efficace pour exploiter les bumps. Je pense que nous aurons sans doute quelques belles surprises cet été lors de la saison hawaiienne de downwind (Kai Lenny en foil sur la Molokai, info ou intox !)
L’aspect sécurité est à prendre très au sérieux en foil. Je recommande d’utiliser un casque, j’en utilise un lorsque je sens que c’est nécessaire mais pas systématiquement, ça dépend des conditions (vent fort par exemple). Veste d’impact, combinaison intégrale, chaussons, tout cela peut s’avérer utile afin d’éviter de se blesser. Mais au-delà de ça, je pense qu’il faut surtout respecter les règles de sécurités de bases et être vigilent : ne pas griller les étapes, anticiper les chutes, se protéger la tête avec les bras, utiliser un leash suffisamment long, etc.

Le mot de la fin ?
Le foil permet d’avoir des sensations différentes, on entre dans une autre dimension. Je remercie de tout cœur Cyril et Takuma Concept de m’avoir fait confiance et de me permettre de découvrir ce sport.

Merci Grégory et si vous aussi vous voulez partager votre expérience, contactez-nous.