Accueil / News / Retour triomphal de Nia Suardiaz au GWA
Retour triomphal de Nia Suardiaz au GWA
News WingFoil

Retour triomphal de Nia Suardiaz au GWA

Le double titre mondial de Nia Suardiaz alimente son objectif de pousser le wingfoil féminin vers de nouveaux sommets.
YouTube Sup Passion Foil Magazine

La remarquable athlète espagnole Nia Suardiaz a remporté les titres mondiaux de surf-freestyle. Et de freefly-slalom, dominant le GWA Wingfoil World Tour l’année de ses 16 ans. Elle a également pris la deuxième place du Surf Wave Tour. Entre ses devoirs scolaires et un downwind à Jericoacoara, au Brésil, on lui a demandé de réfléchir sur son incroyable année. Et ses espoirs pour la prochaine saison de wingfoil.

Tu as eu le temps de réfléchir à tes titres mondiaux, comment te sens-tu maintenant ?

C’est comme un rêve devenu réalité. Je suis super heureuse et reconnaissante. Mes parents m’ont soutenu toute cette année. Je suis également très reconnaissant envers mes sponsors qui m’ont aidé à venir au Brésil pour atteindre cet objectif. Je ne pourrais pas être plus heureuse.

As-tu déjà douté de ta capacité à remporter les deux titres ?

Au début de l’année, je n’en étais pas trop sûr. J’ai gagné la première épreuve en Nouvelle-Zélande, mais les conditions étaient assez délicates. Donc, je n’étais pas sûr du reste de l’année. Ou comment les filles s’étaient améliorées. J’ai vu Orane Ceris vraiment monter le jeu. Et en France, je n’ai pas gagné. Ce n’était pas ma meilleure compétition. Les conditions étaient vraiment difficiles.

Ensuite, j’ai commencé à m’entraîner beaucoup et pour les îles Canaries. J’étais un peu plus en confiance. Après avoir remporté les deux épreuves là-bas, j’étais vraiment motivé pour la prochaine au Danemark. Quand j’ai gagné les titres mondiaux à-bas, je n’avais plus de pression pour gagner les deux autres épreuves. Mais Tarifa était incroyable. C’est ma place chez moi et c’est tellement agréable d’y gagner aussi. Le Brésil, encore une fois, n’était pas ma meilleure compétition.

Comment fais-tu face lorsqu’une compétition ne se passe pas bien ?

Le Brésil était une compétition un peu bizarre. Nous avons eu deux jours de compétition et c’est un peu dur. Ils vous disent que vous allez concourir, mais non. Puis pareil le lendemain. C’était deux jours entiers à la plage pour presque rien. La première journée s’est bien passée, vraiment bien. J’ai eu une bonne chaleur. J’étais vraiment heureux. Mais le lendemain, mes scores n’étaient pas les meilleurs et la dernière manche était vraiment délicate : pas de vagues.

Dans des situations difficiles comme celle-là, disposes-tu d’e’un mécanismes pour t’aider ?

Pas vraiment. Je ne me mettais pas beaucoup de pression car c’était la dernière épreuve. Et si je ne gagnais pas, cela n’avait pas vraiment d’importance car j’étais déjà champion du monde. Je voulais venir ici et en profiter. J’ai déjà assez de pression avec mes affaires scolaires, donc je n’y ai pas pensé

Penses-tu qu’il y a des défis à relever ?

Il y a certainement des défis à relever dans tous les événements. J’essaie de pousser le sport, d’innover avec des tricks dans les vagues. Je fais le Wave tour, je fais des courses et je fais du Surf-Freestyle. J’essaie de pousser le sport. Décidément, Orane pousse le plus en freestyle. En course, c’est certainement Flora Artzner qui pousse le plus. Elle ne vient pas à tous les événements parce qu’elle est blessée, et pour l’année prochaine, je ne suis pas sûr. C’était dommage qu’Orane se soit cassé le genou au Brésil. Voyons si elle va sortir. J’espère que de nouvelles filles viendront et seront aussi enthousiastes et motivées que moi pour promouvoir le sport afin qu’il s’améliore de plus en plus.

Quels sont tes objectifs pour l’année à venir ?

Certainement, pour conserver mes titres et définitivement pour pousser le côté vague. Je pense que mon surf sur les vagues depuis le début de l’année au Cap-Vert s’est beaucoup amélioré. Je ne m’entraîne pas par vagues car nous n’en avons pas à Tarifa. Donc depuis le temps que je passe dans les vagues, je me suis beaucoup amélioré. J’attaquais à Dakhla, mais ce n’était pas suffisant. J’espère que peut-être l’année prochaine je pourrai l’obtenir.

La suivre sur Instagram.

Ajouter un commentaire

Ciquer ici pour laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marques partenaires

Nouvelles voile de wing VX Takoon

Inscription newsletter

Notre page Facebook