Takuma wing foil
Accueil / Le Wingsurf, d’un échec historique à une tendance fulgurante
Le Wingsurf, d’un échec historique à une tendance fulgurante
Actualité Wing Foil

Le Wingsurf, d’un échec historique à une tendance fulgurante

Wingsurf, la montée en puissance d’une nouvelle discipline en 2019 qui mélange les pratiques du kitesurf, du windsurf, du supfoil et du surfoil.

Le Wingsurf ou Wingfoil n’est pas censé remplacer le windsurf, le kitesurf et le surf. C’est un complément, une addition, une alternative et un « sous-genre » du wave riding et de la voile. Cette discipline n’a jamais vu le jour dans le but d’atteindre des records de vitesse mais pour éprouver une sensation de liberté avant tout. Il s’agit de caresser, de s’amuser et de jouer avec le vent en tenant une aile de wingsurf d’une ou plusieurs mains.

L’histoire du Wingsurf et Wingfoil pour les sports nautiques

Tout d’abord il faut comprendre que les ailes qui se tiennent d’une main existent depuis de nombreuses années. En effet, c’est au milieu des années 1980, et inspiré par les mouettes, que Tom Magruder a développé le Wind Weapon, une voile rigide qui tourne librement sur une planche à voile. Ce véliplanchiste passionné de deltaplane s’est basé sur son expérience pour élaborer une aile pivotante qui à l’époque n’a pas connu de succès auprès des rideurs. D’autres versions, plus proche des ailes d’aujourd’hui, virent le jour quelques années après. Ces ailes étaient alors appelées « Bird Ail » ou « Aile d’Oiseau » et fûrent brevetés en 1982 par un français nommé Roland Le Bail.

Plus récemment (en 2011), c’est Tony Logosz (créateur de Slingshot) qui développa une wing nommée « Slingwing » en s’inspirant de son ancêtre conçu par Magruder et d’un autre dispositif rigide sur cadre baptisé « Kitewing » (lui-même inspiré des deltaplanes). Associée à une pagaie et une planche de stand up paddle, le rideur pouvait alors progresser grâce à la traction du vent. Dans cette période quelques compagnies de sports nautiques ont développé des prototypes d’ailes gonflables très similaires aux wings que nous utilisons aujourd’hui pour la pratique du wingsurf. Mais, encore une fois, le concept tomba à l’eau et le produit ne vit jamais le jour. La première wing de Slingshot était peut-être trop en avance sur son temps. Ce n’est finalement qu’en 2015 que Tony ressorti du placard le Slingwing pour la tester cette fois ci avec ne planche plus grande (SUP) et un foil. En quelques secondes il se leva et décida de lancer la production de cet objet tracté.

Le Wingsurf aujourd’hui : un destin lié au foiling ?

Beaucoup s’accordent à dire que la tendance du wingsurf n’a pu se développer que grâce à démocratisation du foil ou foiling. Ce sport qui compte de plus en plus de pratiquants permet de vivre une expérience incomparable en wing. En effet, le foil permet d’augmenter la vitesse de navigation en évitant à la planche d’être freiné par le contact direct avec l’eau. La wing ne permettant pas de bénéficier d’autant de puissance qu’une aile de kitesurf ou qu’une voile de windsurf, l’intérêt d’utiliser un foil est ici primordial et a joué fortement sur l’attrait des rideurs pour cette nouvelle discipline. Reste donc à savoir si sans le foiling, le wingsurf avait de l’avenir ? Probablement pas.

Il a donc fallu attendre mars 2019 pour que, non pas Sling mais Duotone lance la première aile de wingsurf (qui comporte la particularité d’avoir un wishbone pour améliorer la prise en main de l’aile). Viennent ensuite les autres marques, Singshot bien sûr, Naish, F-One, Takuma, qui toutes sortirent au moins un modèle de wing rien que cette année. Bien que parfois moqué au début, cette discipline est aujourd’hui l’une des plus recherchées par les rideurs. Beaucoup d’entre eux ne pratiquent désormais plus que ça ! Aujourd’hui, il y a déjà plus d’une cinquantaine de wings et accessoires disponible sur le marché du WINGSURF. Devenue une discipline à part entière, le wingfoil ne cesse d’accroitre son nombre d’adepte. Un prix calculé, un matos peu encombrant et une facilité d’apprentissage font du wingsurfing le sport le plus en vogue pour cette année 2019 (et très probablement pour les années suivantes).

Quel avenir pour le wingsurf ?

Comme tout sport, le Wingsurf connaitra des améliorations. Tout d’abord, il y a encore beaucoup de marques qui ne proposent pas de matos de wingfoil. Il ne serai pas étonnant de voir des marques comme RRD, Sroka ou encore North Kiteboarding proposer une wing pour l’année 2020. Comme pour le wishbone du Foil Wing de Duotone, il faut s’attendre également à rencontrer de nouvelles manière d’appréhender cette discipline qui connait encore des disparités (poignets ou wish, avec harnais ou sans, avec fenêtre etc.). Il apparait clairement que l’avenir du wingsurf est étroitement lié à celui du foil qui, lui aussi, ne cesse d’accroitre son marché. Logique donc de penser que longues années de navigation et d’innovations se préparent et ce n’est pas prêt de s’arrêter de sitôt.

Affaire à suivre …

 

1 Commentaire

Clquer ici pour laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Notre page Facebook